SP IVG

Ce 12 avril 2021 , dans un communiqué de presse, la HAS annonce l’actualisation de ses recommandations concernant l’intervention par méthode médicamenteuse. Outre le fait de pérenniser la possibilité de recourir à une IVG médicamenteuse en ville jusqu’à 9 semaines, ces recommandations précisent le protocole médicamenteux adapté ainsi que les conditions de la prise en charge de cette méthode d’IVG, des consultations médicales jusqu’au suivi post-intervention.

Le communiqué de presse de la HAS ICI
La recommandation de bonne pratique mise en ligne  ICI
Interruption volontaire de grossesse par méthode médicamenteuse – Mise à jour – Argumentaire ICI

Interruption volontaire de grossesse (IVG) pratiquée avant la fin de la douzième semaine de grossesse

Loi – Droit des femmes – droit de sages-femmes à pratiquer l’IVG médicamenteuse

 Code de la santé publique – CSP L2212-1 à L2212-11 – IVG Interruption avant la fin de la 12eme semaine de grossesse ICI
CM le 23 avril 2020

SP Vaccin covidUn décret publié le 04 mars 2021 au Journal officiel autorise  les sages-femmes à prescrire et administrer les vaccins anti-Covid aux femmes et à l’entourage de la femme enceinte et de l’enfant pendant la période postnatale, tel que défini à l’article D. 4151-25 du code de la santé publique, à l’exception des personnes ayant des antécédents de réaction anaphylactique à un des composants de ces vaccins ou ayant présenté une réaction anaphylactique lors de la première injection.

Les sages-femmes sont en première ligne pour répondre aux questions que se posent leur patientèle, ainsi que pour mettre en place la stratégie vaccinale.

Le ministère de la santé à mis à disposition un certain nombre de documents destinés à cet usage ICI. En voici un exemple : Portfolios de fiches techniques pour les professionnels de santé

Le décret Ici

 Qu’en-est-il de la physiologie ?

Acct positions boite rose

Le 24 février 2021 a été marqué par une nouvelle mobilisation des sages-femmes françaises.

Chacune de son côté s’est associée à des actions visant à faire connaître aux législateurs et à la société civile les motifs des revendications des sages-femmes qui peuvent se résumer ainsi :

  • défendre le droit des femmes
  • être une profession mieux connue et reconnue dans son rôle médical

L’association professionnelle de sages-femmes (APSF) s’est associée à l’association nationale des sages-femmes libérales (ANSFL), l’association nationale des sages-femmes orthogénistes (ANSFO) et l’association nationale des sages-femmes territoriales (ANSFT), pour rédiger un rapport : La grossesse et la mise au monde en France – Qu’en-est-il de la physiologie ?

Ce rapport s’appuie sur des études scientifiques publiées dans la revue de renommée mondiale (The Lancet)  et la Cochrane Library, aux résultats indiscutables. En particulier les conclusions de ce rapport sur ce que demandent les sages-femmes reposent sur  les résultats de l’étude de Renfrew et al. (2014), publiés dans la revue The Lancet. Les auteurs de cette étude plaident en faveur d’un changement d’organisation des soins périnataux qui ne seraient pas centrés principalement sur l’identification et le traitement des pathologies d’une minorité, mais sur des soins de qualité pour tous.

Pour les femmes à faible risque obstétricaux, il s’agit de sortir d’un modèle centré sur la pathologie et le risque, et d’une démarche essentiellement diagnostique, pour une approche essentiellement centrée sur la femme et sa santé. Ce changement comprend une approche de prévention et de soutien capable de renforcer les capacités et les ressources propres des femme.

Dans cet esprit, les sages-femmes demandent

  • une organisation de la périnatalité plus efficiente et proche du souhait et des besoins des femmes afin de promouvoir leur santé
  • le développement des compétences des sages-femmes au profit de la santé des femme
  • l’autonomie de la  profession de sage-femme avec le renforcement et la clarification de son statut de profession médical

En ce jour de mobilisation nationale des sages-femmes, les quatre associations ont souhaité toucher l’ensemble des parlementaires de la République Française. C’est donc à 925 députés et sénateurs, que le rapport ainsi que sa synthèse ont été transmis.

Le rapport « La grossesse et la mise au monde en France – Qu’en-est-il de la physiologie? » LIRE

La synthèse « La grossesse et la mise au monde en France – Qu’en-est-il de la physiologie? » LIRE


En juillet 2020, le  Conseil de l’Ordre National des sages-femmes avait publié sur son site internet  » 2020 : 20 Propositions pour la santé des femmes . Contribution générale ».

L’instance Ordinale avait interrogé les sages-femmes à travers 2 consultations, auxquelles la profession a massivement répondu (plus de 10600 répondant pour la première phase et plus de 4000 pour la seconde). Cette immense participation a révélé les attentes et les espoirs d’une profession peu visible et valorisée et sa volonté de faire plus et mieux afin de répondre aux besoins et aux désirs des femmes.

Cette démarche a permis de dégager 4 axes et 20 propositions pour changer la donne :

  • renouveler la périnatalité avec un accompagnement à la naissance personnalisé, coordonné et centré sur la femme
  • faire de la sage-femme la professionnelle incontournable de la santé génésique
  • simplifier l’exercice des sages-femmes pour améliorer la prise en charge des femmes
  • revaloriser les carrières et les rémunérations des sages-femmes.

La contribution du CNOSF LIRE

CM , 24 février 2021 

 

 

 

Lancet-Midwifery-Capture-20-12-27-936x1024

Une série inédite publiée dans une des plus prestigieuses revue scientifique, The LANCET a mis en évidence, sur des preuves scientifique de haut grade, le rôle inestimable des sages-femmes pour améliorer la santé des femmes et des nouveau-nés quelque soit le niveau de richesse du pays.

Présentée dans quatre articles s’appuyant sur les données probantes issues de 460 revues systématique réalisées par le Cochrane Pregnancy and Childbirth Group au profit de la Bibliothèque Cochrane et le Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant  (1) , cette série sur les soins prodigués par les sages-femmes a étudié de quelle façon les sages-femmes peuvent contribuer à diminuer la mortalité maternelle est infantiles et améliorer la santé maternelle et infantile dans les pays aux ressources limitées comme dans la pays de hauts revenus.

Chaque année, environ 139 millions d’enfants naissent et environ 289 000 femmes meurent pendant la grossesse. Dans les pays où la mortalité maternelle est élevée, l’augmentation de l’accès aux soins et la mise en oeuvre d’une politique de santé préventive (planification des naissance, contraception, avortement) amènerait à une réduction de près de 60% des décès liés à la grossesse ou à l’accouchement.

Dans les pays à ressource élevé, les auteurs mettent aussi en évidence la tendance à la surmédicalisation de la grossesse, les risques et les coûts qui lui sont associés ainsi que le recours excessif à des interventions comme la césarienne.

Ils recommandent une politique de santé qui valorise la pratique sage-femme. En effet, la philosophie de la sage-femme vise à optimiser les processus biologiques, sociaux et culturels normaux de la naissance et à réduire les interventions au minimum.

Téléchargez la serie : Lancet Midwifery French_CompleteWeb

Le Lancet avait déjà publié trois autres séries d’articles traitant de sujets directement liés à la maternité qui démontrent l’engagement du Lancet vis-à-vis de la santé maternelle et infantile :

 

(1) Pour recenser les données probantes d’excellente qualité et actualisées sur l’efficacité des pratiques spécifiques aux soins maternels et néonatals, les auteurs  ont utilisé deux sources : les 453 revues systématiques réalisées par le Cochrane Pregnancy and Childbirth Group au profit de la Bibliothèque Cochrane et le Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant qui a produit huit autres revues dont les données proviennent d’autres groupes Cochrane (au total, 461 revues ont été analysées).

 

CSP PPL AN image 5CSP hemicycle senatPPL RIST : vers plus de reconnaissance des compétences des sages- femmes et une réduction des inégalités d’accès aux soin

Stéphanie RIST, Christophe CASTANER, Fadila KHATTABI, Christine CLOAREC et plusieurs de leurs collègues ont déposé à l’Assemblée Nationale le 22 octobre 2020 une proposition de loi qu’ils présentent comme « la traduction législative des mesures issues des conclusions du Ségur de la santé qui ne relèvent pas du domaine budgétaire ». Ils estiment en effet que « la crise sanitaire a révélé un besoin urgent de simplification de notre système de santé qui doit s’appuyer sur une confiance renforcée dans nos professionnels de santé« .

Au terme de son examen en première lecture par l’Assemblée Nationale et par le Sénat, la proposition de loi, qui comptait quinze articles initialement, comprend désormais neuf articles adoptés ou supprimés conformes, dont celui supprimant la limitation de durée pour les arrêts de travail prescrits par des sages-femmes, quarante-six articles restent en discussion et ont été à l’ordre du jour de la commission mixte paritaire.

Cette disposition permet de mieux reconnaître  les compétences des sages-femmes qui peuvent enfin prescrire des arrêts de travail de plus de quinze jours et de les renouveler.Elle permet également de réduire les inégalités d’accès aux soins.

Réunie le mardi 2 mars 2021, la commission mixte paritaire (CMP) a constaté ne pouvoir parvenir à élaborer un texte commun sur les dispositions restant en discussion de la proposition de loi visant à améliorer le système de santé par la confiance et la simplification. 

En conséquence, comme déclaré en  CMP   « wait and see ! »

Le PPL le 22 octobre 2020 ICI

Le PPL modifié par le Sénat ICI

SF greve

En ce début d’année l’association professionnelle des sages-femmes (APSF) s’est associée aux organisations professionnelles de sages-femmes et à l’ensemble de la profession de sage-femme qui dénoncent depuis des années :

  • la dégradation de ses conditions d’exercice professionnel,
  • l’insuffisance des effectifs,
  • la précarité, l’inadaptation de ses rémunérations et
  • le manque de visibilité et de reconnaissance de leurs compétences.

Le communiqué de presse Ici

Banniere-ICM-2020

IDM 2020 : Les sages-femmes avec les femmes :
célébrer, démontrer, mobiliser, unifier – c’est notre MOMENT !

Chaque année, le 5 mai, les sages-femmes, les femmes, les filles, les partenaires et tous ceux qui soutiennent les sages-femmes et la pratique sage-femme dans le monde, se réunissent pour célébrer la Journée internationale de la sage-femme avec leurs propres activités, mus par une voix collective puissante.

 Télécharger la trousse à outils 2020