Qu’en-est-il de la physiologie ?

Acct positions boite rose

Le 24 février 2021 a été marqué par une nouvelle mobilisation des sages-femmes françaises.

Chacune de son côté s’est associée à des actions visant à faire connaître aux législateurs et à la société civile les motifs des revendications des sages-femmes qui peuvent se résumer ainsi :

  • défendre le droit des femmes
  • être une profession mieux connue et reconnue dans son rôle médical

L’association professionnelle de sages-femmes (APSF) s’est associée à l’association nationale des sages-femmes libérales (ANSFL), l’association nationale des sages-femmes orthogénistes (ANSFO) et l’association nationale des sages-femmes territoriales (ANSFT), pour rédiger un rapport : La grossesse et la mise au monde en France – Qu’en-est-il de la physiologie ?

Ce rapport s’appuie sur des études scientifiques publiées dans la revue de renommée mondiale (The Lancet)  et la Cochrane Library, aux résultats indiscutables. En particulier les conclusions de ce rapport sur ce que demandent les sages-femmes reposent sur  les résultats de l’étude de Renfrew et al. (2014), publiés dans la revue The Lancet. Les auteurs de cette étude plaident en faveur d’un changement d’organisation des soins périnataux qui ne seraient pas centrés principalement sur l’identification et le traitement des pathologies d’une minorité, mais sur des soins de qualité pour tous.

Pour les femmes à faible risque obstétricaux, il s’agit de sortir d’un modèle centré sur la pathologie et le risque, et d’une démarche essentiellement diagnostique, pour une approche essentiellement centrée sur la femme et sa santé. Ce changement comprend une approche de prévention et de soutien capable de renforcer les capacités et les ressources propres des femme.

Dans cet esprit, les sages-femmes demandent

  • une organisation de la périnatalité plus efficiente et proche du souhait et des besoins des femmes afin de promouvoir leur santé
  • le développement des compétences des sages-femmes au profit de la santé des femme
  • l’autonomie de la  profession de sage-femme avec le renforcement et la clarification de son statut de profession médical

En ce jour de mobilisation nationale des sages-femmes, les quatre associations ont souhaité toucher l’ensemble des parlementaires de la République Française. C’est donc à 925 députés et sénateurs, que le rapport ainsi que sa synthèse ont été transmis.

Le rapport « La grossesse et la mise au monde en France – Qu’en-est-il de la physiologie? » LIRE

La synthèse « La grossesse et la mise au monde en France – Qu’en-est-il de la physiologie? » LIRE


En juillet 2020, le  Conseil de l’Ordre National des sages-femmes avait publié sur son site internet  » 2020 : 20 Propositions pour la santé des femmes . Contribution générale ».

L’instance Ordinale avait interrogé les sages-femmes à travers 2 consultations, auxquelles la profession a massivement répondu (plus de 10600 répondant pour la première phase et plus de 4000 pour la seconde). Cette immense participation a révélé les attentes et les espoirs d’une profession peu visible et valorisée et sa volonté de faire plus et mieux afin de répondre aux besoins et aux désirs des femmes.

Cette démarche a permis de dégager 4 axes et 20 propositions pour changer la donne :

  • renouveler la périnatalité avec un accompagnement à la naissance personnalisé, coordonné et centré sur la femme
  • faire de la sage-femme la professionnelle incontournable de la santé génésique
  • simplifier l’exercice des sages-femmes pour améliorer la prise en charge des femmes
  • revaloriser les carrières et les rémunérations des sages-femmes.

La contribution du CNOSF LIRE

CM , 24 février 2021