Lancet-Midwifery-Capture-20-12-27-936x1024

La recherche en maïeutique étudie les pratiques relatives à l’accompagnement et aux soins prodigués par tous les acteurs de santé dans la sphère de la naissance, de la santé maternelle, périnatale et génésique, afin d’améliorer la qualité des soins proposés et de promouvoir les pratiques basées sur les preuves[1].

En français, la maïeutique est officiellement définie comme « la discipline médicale exercée par les sages-femmes ». Elle couvre les champs de la reproduction et de la petite enfance, veille à «optimiser les processus physiologiques, biologiques, psychologiques, sociaux et culturels », ainsi qu’à «prévenir, prendre en charge rapidement les complications, et orienter les femmes vers d’autres services » lorsque des soins spécialisés sont nécessaires,  «en respectant les points de vue individuels des femmes » et en « renforçant leurs capacités à prendre soin d’elles-mêmes et de leurs familles ».[2]

Les sages-femmes sont concernées par la recherche en maïeutique car elles en sont des acteurs clefs. Le code d’éthique de la Confédération Internationale des sages-femmes les enjoint d’ailleurs de baser leurs pratiques sur des connaissances à jour et basées sur des preuves quels que soient l’environnement et la culture dans lesquelles elles travaillent. La Confédération Internationale des sages-femmes considère également la recherche comme une composante essentielle de la maïeutique depuis les années 19802,[3]. Cette discipline relativement jeune a été initiée par des sages-femmes américaines qui avaient besoin de prouver l’intérêt de leurs interventions, et au Royaume Uni, lancée sous la pression de femmes qui remettaient en cause certaines de leurs pratiques.

En France, il est encore nécessaire de questionner certaines pratiques sage-femmes en cours ;  la maïeutique n’est pas reconnue comme discipline académique mais elle est un objet de recherche des sages-femmes françaises. Toutefois leurs compétences en recherche sont mal documentées et le corpus de connaissances qu’elles produisent est mal connu,[4] .

Etat de la recherche maïeutique en France Ici


[1] Horton, R. & Astudillo, O. The power of midwifery. The Lancet 384, 1075–1076 (2014)

[2] Luyben, A. G., Wijnen, H. A. A., Oblasser, C., Perrenoud, P. & Gross, M. M. The current state of midwifery and development of midwifery research in four European countries. Midwifery 29, 417–424 (2013)

[3] Renfrew, M. J., Raisler, J., Kennedy, H. & Mudokwenyu-Rawdon, C. Conducting international research in midwifery: a workshop held at the ICM Congress

[4] Goyet S, Sauvegrain P, Schantz C, Morin C. State of midwifery research in France.Midwifery. 2018 Sep;64:101-109